Philippe Baillot indique que le cgp doit proposer une nouvelle valeur ajouté à son client.

Sans se réinventer, le métier d’intermédiaire financier (banques privés, conseillers en gestion de patrimoine, société de gestion…) a besoin d’évoluer dans sa proposition de valeur mais également dans son modèle économique. En effet, le modèle économique n’a pas changé depuis plus de trente ans, les contrats d’assurances vie ont eux évolués afin de proposer des supports dans le but de sortir des fonds en euro qui tendent vers des rentabilités proches de zero… et l’environnement patrimoniale des clients à lui aussi beaucoup changé. C’est pour cela que le conseil est d’autant plus précieux et qu’il est nécessaire de mettre plus de moyens afin de pouvoir apporter une réponses personnalisée à chaque problématique client…

une évidence : aujourd’hui, il y a un fossé qui c’est creusé entre les pratiques et les besoins, et c’est en cela que l’industrie de la gestion de patrimoine doit évoluer. Ce sont pour ces raisons, que nous sommes là, pour vous accompagner, vous investisseurs privés. Notre intérêt, est le vôtre.